Laos : Une nouvelle école pour Yaneng!

Le Laos fait partie des pays les moins avancés au monde. Moins d’un enfant sur deux fréquente l’école secondaire. Le budget consacré à l’éducation laisse à désirer. Les écoles manquent de tout – mobilier, manuels, papier, crayons,… - et sont pour la plupart en très mauvais état.

C’est le cas de l’école primaire de Ban Nasom, dans la région rurale et montagneuse de Khoun. Les murs sont faits de bois qui a beaucoup souffert de l’humidité et rien ne recouvre le sol, qui se transforme en boue dès qu’il pleut. L’école n’offre plus une sécurité suffisante aux enfants qui la fréquentent, en particulier pendant les périodes de tempête, durant lesquelles elle a déjà menacé plusieurs fois de s’effondrer totalement.

Si l’école de Ban Nasom venait à s’écrouler ou à fermer faute de sécurité, la majorité des 115 enfants qui la fréquentent - dont Yaneng dont vous pourrez lire l’histoire ci-dessous - seraient totalement privés d’éducation. L’école la plus proche de Ban Nasom se trouve en effet à plusieurs kilomètres, et la plupart des enfants n’ont aucun moyen de couvrir cette distance à pied chaque jour. Or, sans un accès à une éducation de base, ces enfants n’ont quasiment aucune chance de pouvoir sortir de la pauvreté dans laquelle ils vivent et de se construire un avenir meilleur.

C’est la raison pour laquelle Caritas Luxembourg a décidé de démolir l’école actuelle et de reconstruire un nouveau bâtiment, qui garantira aux enfants de pouvoir s’instruire dans de bien meilleures conditions, et dans un environnement sûr et sécurisé.

Pour mener à bien ce projet ainsi que d’autres en faveur de l’éducation des enfants, Caritas Luxembourg appelle à la générosité en cette période de rentrée scolaire.

Yaneng a 9 ans, ses parents sont agriculteurs. Chaque matin, accompagné de sa petite soeur et de son petit frère, il marche 15 minutes à travers les champs et les rizières pour rejoindre son école où il fréquente la classe de 4e année. Sur les bancs, il retrouve ses amis et ensemble ils découvrent les mathématiques, l’histoire, les sciences, la lecture, etc. Sans cette école, Yaneng n’aurait aucune possibilité d’apprendre toutes ces matières ! Il est ravi à l’idée d’avoir bientôt une nouvelle école qui lui permettra d’étudier dans de bien meilleures conditions qu’auparavant. Quand il aura terminé l’école primaire, Yaneng envisage de fréquenter une école secondaire. Et quand on lui demande le métier qu’il rêve d’exercer plus tard, la réponse est immédiate et évidente : Yaneng sera professeur et viendra enseigner à Ban Nasom !

   

Faire un don