Bangladesh : Un an après l’exode, les réfugiés Rohingyas sont toujours au Bangladesh

Il y a tout juste un an, le 25 août 2017, les premiers Rohingyas - qui faisaient déjà partie des minorités les plus persécutées au monde - prenaient la fuite afin d’échapper aux violences qu’ils subissaient au Myanmar. Au total, on estime que près d’un million d’entre eux se sont réfugiés au Bangladesh voisin, vivant dans des camps de fortune et surpeuplés.

Dès le début de la crise, et par l’intermédiaire de son partenaire Caritas Bangladesh, Caritas Luxembourg était sur le terrain pour venir en aide aux réfugiés. Les équipes de Caritas et de nombreux bénévoles ont ainsi distribué des abris, de l'eau, de la nourriture ainsi que des ustensiles de cuisine. Les réfugiés qui avaient besoin de soins de santé ont également été pris en charge.

Un an plus tard, la sécurité des Rohingyas n’est toujours pas garantie au Myanmar. Mais leur vie dans les camps au Bangladesh reste néanmoins très précaire. Et comme toujours, les enfants et les femmes sont les plus vulnérables. C’est la raison pour

laquelle Caritas Luxembourg a mis en place des espaces d'accueil (Child Friendly Spaces) spécialement dédiés aux enfants de 3 à 18 ans. Au sein de ceux-ci, les enfants participent à des activités récréatives, interagissent avec d'autres enfants et peuvent s'exprimer sur les traumatismes vécus, le tout, dans un espace adapté et sécurisé. Les centres permettent également d'informer et de mobiliser, non seulement les enfants, mais également les parents et les communautés avoisinantes, quant à la violence et au trafic d'enfants et de jeunes femmes, communs dans ces camps de réfugiés, ainsi que de prévenir ceux-ci. Des centres similaires seront prochainement mis en place pour les femmes victimes de violence.

Faire un don