Nous avons déjà plusieurs centaines de dossiers !

Lundi 11 mai 2020

Cela fait quelques semaines que la Corona-helpline de Caritas Luxembourg fonctionne. Un premier bilan avec Christiane Wies, coordinatrice de la helpline.

Quel bilan tirez-vous de ces deux premières semaines ?

Force est de constater que nos estimations de l’impact négatif de la crise COVID-19 sur les budgets de nombreux ménages se sont avérées être justes. Nous avons été submergés par les appels téléphoniques et les mails de personnes et de familles ayant besoin d’une aide d’urgence à cause de la crise sanitaire. Nous avons d’ailleurs dû renforcer l’équipe. Aujourd’hui une dizaine d’assistants sociaux se relaient et malgré cela, il y a un certain temps d’attente car établir une vue sur la situation sociale et financière d’une famille ou d’une personne nécessite un peu de temps. Cependant, que les personnes se rassurent, nous allons traiter toutes les demandes.

Il faut dire qu’au-delà de l’aide financière, les personnes ont souvent besoin d’être écoutées, comprises et rassurées. Nous passons donc beaucoup de temps avec les personnes au téléphone. Pour la grande majorité des personnes qui nous appellent, c’est la première fois qu’elles se retrouvent dans une telle situation. Certaines nous disent qu’elles avaient le numéro de la helpline pendant des jours à côté de leur téléphone avant d’oser franchir le pas. Ce n’est pas évident de demander de l’aide. L’aide est proposée en une dizaine de langues.

Qui sont les personnes qui vous contactent ?

Ce sont des personnes qui jusqu’il y a quelques semaines réussissaient à survivre d’une manière ou d’une autre, souvent grâce à l’accumulation de deux, trois petits boulots, à des missions d’intérim limitées, aux pourboires qui s’ajoutaient à leur petit salaire, mais qui maintenant n’y arrivent plus. Certains ne perçoivent plus que 80% de leur salaire déjà très petit. Or, lorsqu’on arrive à peine à survivre, perdre 20% de son salaire, c’est beaucoup. La plupart des personnes nous disent qu’elles peuvent encore payer leur loyer et les factures du mois d’avril, mais qu’il ne leur reste cependant alors plus rien pour acheter de quoi manger. D’autres, se retrouvent dans des situations encore plus dramatiques, ne pouvant même plus payer leur loyer ou leurs factures. D’autres encore - un nombre non négligeable - sont en situation irrégulière et n’ont aucune ressource.

Que faites-vous ?

Nous leur donnons une aide d’urgence, bien sûr en concertation avec l’office social de leur commune. A ceux qui n’arrivent plus à acheter de la nourriture, nous donnons l’accès à aux épiceries sociales. Nous dépannons financièrement ceux et celles qui n’arrivent pas à payer leur loyer ou leur facture d’électricité. Nous distribuons des bons d’achat à ceux et celles qui ont des besoins spécifiques. Ceux qui ont un problème à se loger, nous les orientons vers notre service logement ainsi que vers d’autres organisations et structures qui pourraient les aider. Ceux et celles qui sont dans des situations irrégulières, nous les orientons vers notre service d’accueil social.

Comment arrivez-vous à aider toutes ces personnes ?

Nous réussissons à les aider grâce à la générosité de nos donateurs qui se sont mobilisés de manière importante, conscients que les conséquences sociales de la crise sanitaire seront dramatiques. A travers notre helpline nous voyons les premières conséquences. Nous avons déjà plusieurs centaines de dossiers !  Certaines de ces personnes vont pouvoir s’en sortir avec notre aide d’urgence ponctuelle, mais combien de personnes et familles devront être assistées à plus long terme et combien d’autres ne se manifesteront que d’ici quelques semaines ou mois, lorsque leurs petites économies auront été épuisées, qu’elles ne pourront plus demander de l’aide à des amis ou que l’entreprise pour laquelle elles travaillaient aura fermé. C’est pour cela aussi qu’il est important de travailler en concertation avec les offices sociaux.

A travers la Caritas Corona-Helpline, les personnes qui ont du mal à faire leurs achats, payer leur loyer, leurs factures et leurs dettes et qui se sentent seules avec leurs problèmes, pourront trouver du soutien.

        

En savoir plus