« Nous sommes les personnes de référence pour beaucoup de jeunes »

Vendredi 25 septembre 2020

Les Maisons des Jeunes tiennent une place importante dans la vie de beaucoup de jeunes. Elles captent les jeunes après l’école en leur offrant toute une série d’activités, mais pas seulement. Interview avec Christian Gebhard, responsable de la Maison des Jeunes « Woodstock » de Caritas Jeunes & Familles à Walferdange. Sur la photo, l’équipe socio-éducative (de gauche à droite) : Catia Barbosa, Sam Bourg et Christian Gebhard.

Comment êtes vous restés en contact avec les jeunes pendant la période de confinement?

Nous sommes restés en contact avec eux à travers les réseaux sociaux. Ils pouvaient nous contacter à tout moment en cas de problème ou de questions. C’était important que nous soyons là pour les écouter en ces moments particulièrement difficiles. Nous avons également essayé de leur proposer des activités via Internet, mais nous nous sommes rapidement rendu compte qu’ils n’avaient pas besoin de nous pour se distraire en ligne. Par contre, après les premières semaines de confinement passées à jouer aux jeux vidéo, de plus en plus de jeunes nous ont contactés pour demander quand est-ce que nous reprenions nos activités habituelles, impatients de pouvoir de nouveau rencontrer du monde.

Quelles sont les mesures que vous avez mises en place à la réouverture ?

Toute une série de mesures d’hygiènes ont été mises en place : port du masque à l’intérieur, mesures de distanciation, lavage des mains, etc. Nous avons également enlevé de notre offre certaines de nos activités, notamment celles qui se faisaient en grands groupes, et rajouté des nouvelles.

Est-ce que les jeunes sont revenus facilement ?

Oui, ils sont revenus rapidement. Nous craignions au départ de ne plus revoir certains jeunes. Mais, non, tous sont revenus encore plus motivés qu’avant. On voit que les activités, mais aussi et surtout le contact social avec d’autres jeunes leur a manqué.

Que proposez-vous en tant que Maison des Jeunes ?

Nous proposons aux jeunes un espace où ils peuvent s’occuper, faire des activités (foot, musique, maker space, trampoline, volley-ball, musique, jeux de société, etc.), rencontrer d’autres jeunes et trouver une écoute. Toutes les activités sont gratuites et se font sur une base volontaire, c’est ce qui plaît. Les jeunes n’ont pas besoin de s’inscrire à un club. Ils peuvent sauter d’une activité à l’autre selon leurs envies. Nous proposons également une activité de cuisine car nous avons remarqué qu’à trois heures, lorsque les jeunes arrivent chez nous, certains d’entre eux n’ont pas encore mangé de la journée. Nous cuisinons alors avec eux. Nous avons également une salle à projets où ils peuvent définir eux-mêmes les projets qu’ils veulent faire. Certains y font, par exemple, des projections de films, etc. Enfin, nous faisons beaucoup de sorties les weekends, par exemple, en mountain bike. Une ou deux fois par an, nous partons en colonie de vacances. C’est important car les jeunes ont tendance à rester en petits groupes, à deux ou trois. Les colonies de vacances sont l’occasion de créer des liens avec d’autres jeunes. Une colonie de trois jours suffit pour créer une belle dynamique de groupe qui inclut tous les jeunes.

Qui sont les jeunes qui viennent chez vous ?

Ce sont des jeunes entre 14 et 18 ans. Nous avons également des « anciens » qui aiment revenir et participer aux activités.

Malheureusement, on ne peut pas parler de mixité sociale. Les jeunes qui viennent chez nous vivent en général dans des familles vulnérables : familles monoparentales, familles très pauvres, familles en crise (divorce en cours, violences, ruptures familiales, maladie d’un parent, etc.). La plupart sont seuls chez eux l’après-midi et s’ennuient. Ils n’ont pas d’argent pour faire des sorties entre amis ou s’inscrire à des clubs. D’autres  fuient les situations tendues qu’ils rencontrent à la maison. Dans presque tous les cas, les parents ne sont pas là pour les écouter, soit parce qu’ils doivent travailler dur pour subvenir aux besoins de leur famille, soit parce qu’ils sont submergés par leur propres problèmes. 

C’est chez nous que ces jeunes, qui ont besoin de parler à un adulte, trouvent une oreille attentive. Au fur et à mesure, nous réussissons à gagner leur confiance. Nous sommes pour beaucoup d’entre eux la première personne de référence à laquelle ils s’adressent s’ils ont un problème. Cela nous rend bien entendu fiers de notre travail, mais aussi tristes puisque cela signifie qu’ils n’ont pas pu trouver cette écoute auprès de leur famille.

En quoi avez-vous aussi un rôle important dans la prévention du décrochage scolaire ?

Nous suivons de près le parcours scolaire des jeunes qui viennent chez nous et faisons régulièrement des bilans avec eux. Quels sont leurs problèmes à l’école ? Quels sont leurs rêves d’avenir ? Que devraient-ils faire pour y parvenir ? Nous les conseillons et les encourageons. C’est un rôle important car beaucoup de nos jeunes n’ont pas à la maison des parents qui ont fait des études et qui peuvent les soutenir dans leurs devoirs, les conseiller et les orienter. Par ailleurs, si aucun de nos jeunes n’est actuellement en rupture scolaire, une grande partie d’entre eux se trouve juste à la limite. Ils sont dans un âge où les priorités sont différentes. D’où l’importance de ce travail d’encouragement.

Qu’est qui vous motive dans votre travail quotidien?

C’est la conviction que chaque jeune doit pouvoir se référer à un adulte en cas de question ou de problème. C’est aussi la relation de confiance que nous avons réussi à établir avec les jeunes au fil des jours. Enfin, c’est l’énergie que les jeunes eux-mêmes nous transmettent à travers leur enthousiasme, leur positivisme, leurs rêves.  Ils viennent avec plaisir et cela nous fait plaisir.

Pour être sûr(e) de toujours être au courant de nos activités,
abonnez-vous à notre newsletter !

Le bilan de la Caritas Corona-Helpline et le vécu des équipes sur le terrain sont riches en enseignements. Si nous voulons que les personnes et familles ne tombent pas durablement dans la précarité, des mesures doivent être prises rapidement! Retrouvez toutes nos propositions d'action dans le lien ci-dessous!

        

Lire le document de position