Toujours concilier le professionnel et l’humain

Mardi 29 septembre 2020

A quelques jours de son nouveau challenge professionnel, Philippe Streff, directeur auprès de Caritas Luxembourg, revient sur les raisons de son choix et sur ses 12 années passées chez Caritas Luxembourg.

Pourquoi ce choix ?

J’ai choisi de quitter ce poste pour deux raisons principales. La première est qu’après douze ans chez Caritas Luxembourg, j’ai envie de faire tout simplement quelque chose de nouveau. J’ai fait le tour de tous les dossiers et la mobilité interne est assez limitée lorsqu’on est dans une fonction de direction.

La seconde raison est que j’estime avoir exploité l’ensemble de mes idées pour développer Caritas Luxembourg. Il est maintenant temps qu’une nouvelle personne vienne avec son énergie, sa manière de voir les choses, ses idées et continue à faire avancer Caritas Luxembourg.

Est-ce que votre départ ne représente-t-il pas aussi une difficulté pour Caritas Luxembourg ?

Au contraire, tout changement représente une opportunité à saisir ! De plus, l’organisation de Caritas Luxembourg ne repose pas sur ma seule personne. Nous avons la chance d’avoir des collaborateurs/trices compétent(e)s, motivé(e)s et engagé(e)s. L’important est que le savoir et savoir-faire soient partagés avec l’ensemble de ces collaborateurs, notamment à travers notre référentiel ISO. Les activités peuvent donc continuer sans problèmes.

Quel est le constat que vous faites sur l’évolution de Caritas Luxembourg pendant les 12 années que vous y avez été ?

Il n’y a pas photo entre la Caritas d’il y a douze ans et celle d’aujourd’hui. Au niveau de l’accueil et de l’accompagnement des réfugiés, nous avons développé de manière exponentielle nos activités et avons su développer encore davantage la reconnaissance des autorités publiques pour le bon travail réalisé. La création des épiceries sociales, quant à elle, permet aujourd’hui à des milliers de familles de se nourrir correctement. Au niveau du logement, si le problème reste aigu, Caritas Luxembourg a su augmenter le parc de logements sociaux disponibles pour les personnes vulnérables qu’elle accompagne. Au niveau international, les processus ont été améliorés de sorte à ce que nous puissions  aider de la manière la plus rapide possible les personnes victimes de catastrophes. Enfin, nous nous sommes également affirmés comme des partenaires de confiance dans l’aide et le développement de nombreux pays du Sud. Ce ne sont bien sûr que quelques-unes des avancées de ces douze années, et ceci grâce à ceux et celles impliquées dans les projets.

Quels sont les chantiers dont vous êtes particulièrement fiers ?

Je suis fier de l’ensemble des activités de Caritas Luxembourg ! La réussite est celle de toute l’équipe. Mon rôle n’a été que de donner la chance à ce que les idées du terrain puissent prendre forme et se concrétiser. Certains projets me tiennent, par contre, particulièrement à cœur, car j’y ai contribué un peu plus d’un point de vue opérationnel. Il y a, par exemple, celui de la création des épiceries sociales et de l’asbl « Spëndchen » avec la Croix-Rouge luxembourgeoise, la mise en place du dispositif de bientraitance (www.bientraitance.lu) et la mise en place de la gestion locative sociale au sein de Caritas Luxembourg.

Quel est le message que vous souhaitez laisser à la personne qui vous succèdera ?

J’ai appris trois choses en travaillant chez Caritas Luxembourg. La première est qu’il faut toujours se fier à son bon sens et suivre l’intérêt des personnes dans le besoin que l’on accompagne. La deuxième est qu’il faut se laisser conseiller par ses collaborateurs/trices. Ce sont eux/elles qui sont sur le terrain et qui connaissent le mieux les dossiers. Enfin, la dernière est qu’il faut toujours chercher à concilier le « professionnel » et l’« humain ». Ceci est d’autant plus vrai lorsqu’on travaille pour une cause aussi noble que celle de Caritas Luxembourg.

Et quel message souhaitez-vous transmettre aux collaborateurs/trices de Caritas Luxembourg ?

Je tiens à les remercier toutes et tous pour la bonne collaboration, la confiance et tous les échanges que nous avons pu avoir tout au long des années. Ma fonction m’a permis de travailler de près ou de loin avec la plupart d’entre eux/elles. Ils/elles font un excellent travail à tous les niveaux, en ayant toujours comme seul objectif l’intérêt des personnes dans le besoin et en tirant leur énergie de la certitude de faire quelque chose d’utile. Au cours de ces dernières semaines, j’ai reçu quelques beaux témoignages de sympathie sur ma façon d’être et de faire. Cela me réjouit beaucoup. Je souhaite à tous/toutes les collaborateurs/trices de Caritas Luxembourg le meilleur.

Pour être sûr(e) de toujours être au courant de nos activités,
abonnez-vous à notre newsletter !

Le bilan de la Caritas Corona-Helpline et le vécu des équipes sur le terrain sont riches en enseignements. Si nous voulons que les personnes et familles ne tombent pas durablement dans la précarité, des mesures doivent être prises rapidement! Retrouvez toutes nos propositions d'action dans le lien ci-dessous!

        

Lire le document de position