L'histoire d'Anastasia

Friday 11 March 2022

Histoire recueillie par notre collaborateur, Michael Feit, à l'ancien orphelinat transformé en centre d'accueil pour réfugiés. Cet ancien orphelinat est soutenu par Caritas Luxembourg:

C’est au foyer pour enfants de Hincesti que j’ai adressé la parole à Anastasia. Là-bas, Caritas soutient le foyer qui n'accueille quasiment plus que des femmes avec des petits enfants. Ils y trouvent des draps propres pour la nuit et un accès aux machines à laver. Les réfugiés ne restent pas longtemps, une nuit seulement, le temps de laver leurs affaires et puis ils reprennent la route.

J'ai demandé des renseignements à Anastasia à propos de la structure d’accueil, supposant qu'elle travaillait ici, vu qu'elle se tenait devant la porte du directeur. Dans un anglais parfait, elle m'a répondu qu'elle ne savait malheureusement pas exactement, mais m'a donné quelques éléments de réponse. Elle ne savait pas exactement quoi répondre non plus à ma deuxième question, et c'est là que j'ai compris qu'elle ne travaillait pas ici, mais que c’était une réfugiée. Son léger accent américain m’intriguait, mais elle parlait anglais avec un tel naturel que je me demandais ce que faisait ici cette belle femme d'une quarantaine d'années, habillée de manière à la fois élégante et décontractée, en complet décalage avec l’ambiance morne de ce foyer d'enfants.

« Je suis une femme d'affaires d'Odessa, en Private Fund Management », dit-elle, « spécialisée dans la fiscalité transfrontalière ». Lorsque je me présente à mon tour, elle remercie Caritas Luxembourg, et cela, bien sûr, en allemand, avec une pointe d’accent slave.

Elle habite un bel appartement, «Odessa Seaside», avec vue sur la mer. Mais hier, c'était une vue sur les chars ukrainiens, les blocages antichars, les sacs de sable et une petite tente médicale où des civils s’entrainaient à arrêter une hémorragie chez les personnes dont les bras ont été arrachés.

Elle a alors décidé de partir immédiatement avec ses deux enfants. Elle avance vite et passe rapidement la frontière, grâce à son passeport biométrique. Elle aurait aussi pu aller dans un hôtel. « Tant que ma carte de crédit fonctionne, je suis en sécurité », dit-elle. Elle veut dire tant que le système bancaire ukrainien résiste. Après ça ...

Ne pas être seule, échanger avec d’autres femmes, parler, écouter, voir des enfants jouer. Échapper à tout prix à la solitude. Pour finir, je lui demande où elle veut aller : « À la maison ».

Si vous souhaitez aider des Rescapés comme Ludmilla, n'hésitez pas à faire un don via notre page dédiée.

Be the first one informed about our projects and activities. Subscribe to Caritas eNews!

Caritas Luxembourg will use the information provided on this form only to send you Caritas eNews.