C'est chouette de rendre service!

Tuesday 10 July 2018

Anne-Françoise Majerus est bénévole à l’épicerie sociale de Rédange/Attert depuis plus de quatre ans.

Comment êtes-vous devenue bénévole à l’épicerie sociale ?

« Par hasard. Un de mes voisins m’a demandé si je voulais aider à l’épicerie sociale que Caritas Luxembourg allait ouvrir à Rédange et j’ai tout de suite dit oui. Comme la majorité des personnes, je n’ai jamais pensé auparavant à faire du bénévolat, mais quand l’occasion s’est présentée et qu’on me l’a demandé j’étais très contente de pouvoir aider. Aujourd’hui, quatre ans plus tard, je ne peux pas m’imaginer ne pas venir à l’épicerie sociale tous les jeudis et les vendredis. »

Quelles étaient vos premières impressions ?

« Il faut dire que j’étais surprise du nombre de personnes qui ont besoin d’aide dans le canton de Rédange, surtout d’enfants dans le besoin. Je ne m’y attendais pas et pourtant j’habite dans le canton. Si pour beaucoup de personnes notre aide est temporaire, le temps de sortir d’une crise (divorce, chômage,…), pour d’autres elle est malheureusement récurrente, voire permanente. Dès les premiers jours, j’ai su que c’était important d’être là pour aider ces personnes.»

Quelles qualités faut-il pour aider dans une épicerie sociale ?

« Il faut bien sûr avoir le contact facile et aimer écouter les gens, leur parler, jouer avec les enfants… car le rôle de l’épicerie sociale va au-delà de la simple épicerie. »

Qu’est-ce qui vous motive à continuer ?

« C’est bien sûr le fait qu’il y a beaucoup de personnes qui ont besoin d’aide et que moi je suis contente de pouvoir rendre service. C’est aussi la reconnaissance que je peux lire dans les yeux des personnes aidées. Enfin, il y a une bonne ambiance dans l’épicerie sociale, entre bénévoles, avec les collaborateurs de Caritas Luxembourg, avec les bénéficiaires de l’aide. Je me dis tout simplement que c’est chouette de rendre service. »

Pour être toujours au courant de nos actualités, abonnez-vous à Caritas eNews