La guerre fait rage en Syrie depuis 2011 et la situation ne semble pas sur le point de trouver une issue favorable. La moitié de la population syrienne – initialement de 23 millions de citoyens – a été déplacée à l’intérieur du pays ou s’est réfugiée à l’étranger, principalement dans les pays limitrophes.

Dès le début des hostilités, Caritas Luxembourg a été aux côtés des victimes du conflit en Syrie. Des maisons détruites par les bombardements sont réparées petit à petit pour accueillir les familles qui peuvent retourner dans leur foyer, comme au nord-ouest ou à Homs. Caritas Luxembourg soutient également un orphelinat qui héberge les enfants qui avaient été évacués d'Alep. Des sage-femmes sont également formées, dans une zone insécure et instable, contrôlée par divers groupes armés. Dans d’autres villes, des projets psycho-sociaux ont pour but de favoriser le vivre-ensemble entre personnes déplacées et personnes locales. Une couverture médicale est également fournie à la population d'Alep, de même qu'un soutien psycho-social et en alphabétisation pour les enfants défavorisés et leurs parents.

Le Liban est un des pays limitrophes également touché par la crise en Syrie. Selon les chiffres, entre un et deux millions de syriens y sont réfugiés, dont la moitié sont des enfants ou des jeunes en âge de fréquenter l’école. Malgré l’absence de chiffres exacts, on estime que près de la moitié des enfants syriens réfugiés au Liban n’ont aucun accès à l’éducation !

Au Sud du Liban, à Tibnine, Caritas Luxembourg lutte pour garantir la scolarisation de ces enfants, en collaboration avec ALPHA – l’Association Libanaise pour la Promotion Humaine et l’Alphabétisation. L’objectif est de réduire les barrières existantes – financières, culturelles ou de genre – pour intégrer un maximum d’enfants, tant syriens que libanais, dans le système d’éducation formelle.En parallèle, des activités extra-scolaires, comme du sport, des activités artistiques ou des ateliers d’expression, sont également proposées. Ces activités visent à favoriser l’épanouissement des enfants et à créer un environnement dans lequel ils se sentent bien et en sécurité. Enfin, l’accompagnement psychosocial des enseignants, des parents et des enfants constitue une autre composante importante du programme. En plus d’assurer un accompagnement scolaire et social des enfants et de leurs familles, ce suivi psycho-social a pour objectif de diminuer les tensions intercommunautaires et de libérer les familles réfugiées des traumatismes vécus.

 

Pour être toujours au courant de nos actualités, abonnez-vous à Caritas eNews