Foyer de réfugiés de Diekirch : une initiation au jardinage pour profiter de l’été

Jeudi 22 juillet 2021

Blottis dans un cadre de verdure, en contrebas de leurs habitations, les résidents du foyer pour réfugiés de Diekirch se sont lancés dans un projet jardinage qui commence à porter ses fruits. Ce jardin évolue vite et commence à s’étendre le long des bâtiments tout en s’insérant avec harmonie dans l’environnement champêtre des hauteurs de Diekirch.

L’initiative, qui rappelle la tradition des jardins ouvriers disséminés tout autour des sites sidérurgiques luxembourgeois, permet de procurer une occupation à tous ceux qui ont la main verte. Voire plus.

En effet, les plus investis dans ce projet sur la base du volontariat sont une quinzaine et y consacrent plusieurs heures quotidiennement. Si la météo le permet. Mais avec des résultats surprenants.

Certains débutent dans le jardinage et atteignent pourtant des rendements inattendus notamment avec la pomme de terre. De quoi aisément de quoi s’initier à la préparation des fameuses « Gromperekichelcher ».

D’autres sont plus expérimentés et réussissent même à cultiver sous serres les épices tant appréciées par leur cuisine moyenne-orientale.

L’un des autres attraits de ce projet est aussi le choix d’une culture biologique sans pesticides notamment en pratiquant l’inter-culture, qui tout en diversifiant les plantes cultivées, permet de concilier jardinage et méthodes douces pour l’environnement.

Avec l’aide de Nicolas Lemercier, éducateur au foyer de Diekirch, les résidents ont accès aux semences et au matériel nécessaire à l’entretien de leurs parcelles. Celles-ci et leurs surfaces respectives sont attribuées en fonction du nombre de membres dans la famille candidate ou bien en fonction de l’équipe de célibataires qui joignent leur force pour travailler la terre.

L’esprit du projet est celui de l’autogestion. Les jardiniers en herbe demandent de l’aide dans un premier temps pour les rudiments du jardinage. Mais ils sont par la suite encouragés à gérer eux-mêmes leurs parcelles comme cela est le cas lorsqu’un de nos jardiniers quitte le foyer et propose à un autre résident de reprendre son jardin.  Certains font preuve d’une grande ingéniosité notamment dans la construction de serres construites essentiellement à partir de matériaux recyclés » précise Nicolas.

Ce qui donne l’occasion pour chaque volontaire d’assimiler et de partager un nouveau savoir-faire, mais plus généralement d’acquérir de nouvelles techniques d’apprentissage et de communication utiles pour leur intégration future sur le marché de l’emploi luxembourgeois.

Cette passion nouvelle pour le jardinage permet également de faire face à des difficultés économiques, notamment pour les familles les plus démunies, le jardinage leur permettant également de se constituer des paniers de fruits et légumes frais et « bio » à moindre coût.

De plus, la pratique du jardinage accompagne les résidents dans leur reconstruction en améliorant ainsi leur estime de soi, tout atténuant les pressions quotidiennes au sein du foyer.

Pour être toujours au courant de nos actualités, abonnez-vous à Caritas eNews

Caritas Luxembourg utilisera les informations fournies sur ce formulaire seulement pour vous transmettre Caritas eNews.