Des pesticides bio

Mardi 12 octobre 2021

Depuis de nombreuses années Champa et son mari sont agriculteurs au Bangladesh, ils ont trois enfants et en raison des catastrophes climatiques, des parasites et des maladies qui ont touchées les plantes, les récoltes sont devenues insuffisantes, le couple s’est lourdement endetté. Au quotidien, il leur était de plus en plus difficile de nourrir la famille et de fournir régulièrement des aliments nutritifs aux enfants.

Maintenant, je m'engage à produire des aliments sains pour moi et ma famille. Nous produisons des cultures saines pour nous nourrir et nous les partageons régulièrement avec nos voisins. J'encourage tous les voisins à produire des aliments sains ».

Dans le cadre du projet, Champa a participé à divers programmes de formation sur le système d'agriculture intégrée, ce qui l'a aidée à mener des recherches adaptatives pour sa ferme, notamment une formation sur le recyclage, la réutilisation des produits et l'upcycling. Elle utilise désormais la bouse et l'urine de vache ainsi que les déchets de cuisine pour produire des pesticides et des engrais organiques. Elle a, par exemple, installé une fosse à compost moderne dans son jardin et conserve l'urine de vache qui est ensuite pulvérisée sur les légumes comme pesticide biologique. Aujourd’hui, grâce aux récoltes plus abondantes et plus saines, son mari se rend deux fois par semaine au marché voisin pour vendre le surplus de légumes.  Ainsi, l'année dernière, la famille a produit environ 1 440 kg de légumes dans sa ferme soit une fois et demie de plus qu'avant de rejoindre le projet. En vendant ce surplus, Champa et sa famille gagnent de l’argent.

Pour être toujours au courant de nos actualités, abonnez-vous à Caritas eNews

Caritas Luxembourg utilisera les informations fournies sur ce formulaire seulement pour vous transmettre Caritas eNews.